Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 21:10

France 5

Bernard Thibault sur le plateau de "C à dire ?!"
mercredi 11 juin 2008, par Alessandro
Présenté par Thierry Guerrier
Du lundi au vendredi 17h30

Partager cet article
Repost0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 22:14

 

 Pas une minute ne doit être perdue pour gagner des manifestations d’une puissance exceptionnelle le 17 juin

 
  Montreuil, le 4 juin 2008

 
  Cette mobilisation porte trois enjeux fondamentaux et interdépendants :

  Les retraites :

  Sur les mêmes enjeux et avec les mêmes propositions revendicatives que le 22 mai.

  Le temps de travail :

  Le projet de loi va bien au-delà de la remise en cause des 35 h. Il bouleverse les protections acquises par des dizaines d’années de luttes. Il renforce le pouvoir unilatéral des employeurs sur l’organisation et le temps de travail de salariés au détriment des accords collectifs fixant les horaires et rythmes de travail dans l’entreprise.

    Le respect du droit syndical et de la négociation collective :

  Dans sa déclaration du 2 juin le 1er Ministre confirme que le gouvernement a décidé de légiférer sur le temps de travail non pas parce que la position commune lui en ouvrait la possibilité mais au contraire parce que son contenu démontre que le gouvernement n’a aucune chance d’obtenir la déréglementation du temps de travail par la négociation ;

  Cette attitude démontre une nouvelle fois l’instrumentalisation que fait Nicolas Sarkozy du dialogue social au service de la mise en œuvre de son programme présidentiel.

  C’est la victoire obtenue sur le CPE qui a conduit Dominique de Villepin à élaborer une loi sur le dialogue social en janvier 2007.

  Celle-ci prévoit qu’avant de légiférer, dans le domaine social, tout gouvernement devait en préalable proposer aux partenaires sociaux de s’en emparer dans la négociation.

  Le 19 décembre 2007, Nicolas Sarkozy, Président de la République a proposé aux organisations patronales et syndicales son agenda social et clairement proposé une négociation sur la représentativité et les règles de validation des accords permettant d’ouvrir à des dérogations nouvelles sur le temps de travail par accord majoritaire dans les entreprises.

  La CGT a clairement refusé de conditionner l’accord majoritaire à une quelconque dérogation sur le temps de travail et clairement refusé tout allongement de la durée du travail.

  Le 29 décembre, le premier Ministre faisait parvenir aux organisations patronales et syndicales une lettre d’orientation confirmant les objectifs du Président de la République.

  La négociation s’est ouverte sur la représentativité, en refusant d’intégrer les aspects temps de travail.

  L’article 17 de la position commune signée par la CGT-CFDT-Medef et CGPME ferme la porte aux desideratas gouvernementaux :

En effet, si l’on compare la position commune au droit actuellement en vigueur, quelles sont les modifications apportées ?

Si un employeur veut aujourd’hui obtenir un contingent d’heures supplémentaires supérieur à celui fixé par l’accord de branche, deux cas de figure se présentent.

La position commune permet la négociation directe à l’entreprise mais avec une condition de validation renforcée puisque l’accord devra être signé par des organisations syndicales représentatives ayant recueilli la majorité absolue des voix aux élections professionnelles. De plus, l’ajout de l’obligation de « respect des conditions de travail et de vie qui en découlent » signifie qu’un accord, même majoritaire, pourrait être contesté en justice s’il ne satisfait pas ce critère.

Dans ce cas, la position commune renforce les conditions de validité en imposant que les signataires recueillent au moins 30 % des voix aux élections. A terme, elle fixe l’obligation d’un accord majoritaire.

La position commune n’autorise aucune autre dérogation que celles existantes en matière de taux de majoration et de repos compensateur. Elle assouplit certes les possibilités de la négociation dérogatoire du contingent d’heures supplémentaires pour les accords de branche antérieurs au 4 mai 2004, mais en durcit dans le même temps les conditions de validité. Ce n’est pas la brèche dans laquelle se serait engouffré le gouvernement, comme le prétendent certains de ses adversaires.

  Comme le résultat de la négociation ne lui convient pas le gouvernement décide du projet de loi de déréglementation du temps de travail.

  Ainsi sa stratégie est claire : si le résultat de la négociation lui convient, le Président de la République le traduit dans la loi (ex. : modernisation du marché du travail), s’il ne lui convient pas il en fait une autre ;

  Les négociateurs n’auraient ainsi pour rôle que de mettre en musique le programme présidentiel.

  C’est la mise en cause directe de l’indépendance des organisations syndicales et de leur rôle pour des négociations qui fassent progresser la situation des salariés.

  Une telle offensive comporterait des risques très lourds quant à l’avenir du dialogue social et de la négociation collective mais aussi quant au rôle et à la reconnaissance d’un syndicalisme revendicatif et indépendant.

  Le volet unitaire

  A ce stade, 4 organisations appellent au 17 juin (CGT, CFDT, FSU et Solidaires).

Tout doit être mis en œuvre pour élargir ce cadre dans les branches et entreprises :

-          toutes les organisation syndicales condamnent la déréglementation du temps de travail.

-          - toutes les organisations syndicales avaient affirmé leur volonté de donner une suite au 22 mai sur les retraites

-          - les actions sur le pouvoir d’achat et les salaires sont unitaires dans les entreprises. Elles doivent trouver une nouvelle expression dans les manifestations.

  Les confédérations qui refusent d’entrer dans les règles de représentativité et de validation des accords appuyés sur le vote des salariés sont aussi celles qui refusent de participer au 17 juin sur les retraites et le temps de travail ;

  Elles sacrifient donc les revendications et les mobilisations sur l’autel de la défense de leur appareil.

  Elles essaient l’amalgame entre position commune et déréglementation du temps de travail. Elles seraient plus crédibles si elles agissaient clairement sur ce deuxième sujet. Au contraire, elles ont souvent été signataires d’accords désastreux à ce sujet notamment dans les branches.

  A preuve, FO a décidé de ne pas siéger dans la Commission Nationale de la Négociation Collective du 11 juin qui devra émettre un avis sur le projet de loi : cela équivaut à une abstention pas à un vote contre.

  L’objectif est de réussir des manifestations de masse

  Le 17 juin est au cœur d’enjeux décisifs dont l’issue dépendra beaucoup du nombre de manifestants.

  C’est pourquoi tout doit être mis en œuvre (heures et lieux de manifs, médiatisation des appels professionnels et d’entreprises) pour des manifestations puissantes et revendicatives : l’objectif est d’atteindre 1 million de manifestants (700 000 le 22 mai).

  C’est possible par la mobilisation de toutes et tous les militants de la CGT.

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 21:56



Social. Bernard Thibault.

«Sur le fond, les syndicats sont unis»

Sur les retraites comme sur les 35 heures les syndicats n'ont pas réussi à se faire entendre ?

Le gouvernement tente de passer en force et ainsi d'accréditer l'idée que nous ne servons à rien. Mais il y aura d'autres rendez-vous et pour les aborder dans de bonnes conditions, il faut s'appuyer sur un vrai rapport de force. C'est aux salariés, par leur mobilisation le 17 juin et dans les entreprises de dire haut et fort que les syndicats les représentent. Le 22 mai, il y avait 700 000 salariés dans la rue. Le 17 juin il en faudrait un million.

Mais le monde syndical aborde ce 17 juin en ordre dispersé?

Sur le fond nous sommes unis. Nous sommes tous en désaccord avec ce que le gouvernement veut instaurer. Notre désaccord porte sur la «cuisine syndicale». Il est déplorable qu'elle prenne le pas sur le fond. FO et la CFTC ont du mal à avouer leur désaccord sur les nouvelles règles de la représentativité syndicale. Ils saisissent l'occasion. FO est coutumier d'appeler à la grève sans jamais en créer les conditions. Le paysage syndical est à l'heure actuelle un peu artificiel. Il est temps que les salariés puissent définir qui et avec quel poids les représente.

Croyez-vous encore la négociation et le dialogue social ?

Oui. Mais si le gouvernement continue à nous recevoir pour ne pas nous entendre, j'y verrai la preuve que le dialogue social n'est pas possible dans notre pays.

Est-ce la fin des 35h ?

Du point de vue juridique, la référence au temps de travail demeure. Mais du point de vue pratique il fait sauter toutes les garanties. Il permet aux entreprises de fixer le temps de travail selon leur bon vouloir. Croyez-vous que le salarié aura-le choix? L'employeur pourra aussi passer tous ses salariés au forfait en nombre d'heures ou de jours. Concrètement cela veut dire qu'il pourra exiger des journées de dix heures et plus sans payer d'heures supplémentaires.

Et sur les retraites?

Ni la pénibilité du travail, ni l'inégalité entre hommes et femmes, ni les différences d'espérance de vie selon les métiers ne sont prises en compte. Il y a un refus de principe. On s'en tient à un point de vue comptable. On nous rappelle sans cesse les décisions de 2003 comme s'il était impossible d'y revenir.

 

Propos recueillis par Françoise Cariès.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 21:40

VU dans la presse

INTERVIEW. MICHEL DONEDDU

POUR L’HUMANITE – PARUTION JEUDI 5 JUIN 2008

préparation de la journée du 17 juin
Argumentaire concernant la déréglementation du temps de travail

Augmenter les salaires, c’est :



Partager cet article
Repost0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 18:07
   
Pour la retraite solidaire et contre la dérèglementation du temps de travail
Journée nationale interprofessionnelle d'action à l'appel de la CGT et la CFDT
Mardi 17 juin 2008
télécharger le tract confédéral





Partager cet article
Repost0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 07:15
Partager cet article
Repost0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 11:24
APPEL «Le Service Public
est notre richesse»


Dans le cadre de l’appel lancé le 15 avril par 60 personnalités, qui a recueilli plus
de 34 000 signatures dont celles de nombreux responsable syndicaux, associatifs,
politiques…, les initiateurs de cet appel organisent un :


Meeting


Le samedi 7 juin 2008
de 14 h à 18 h
salle JAPY, Rue Japy - 75011 PARIS
Métro Voltaire


Opposés à la politique gouvernementale visant à
mettre fondamentalement en cause la Fonction
publique et le service public, en particulier au
travers de la Révision Générale des Politiques
Publiques (RGPP) les signataires affirment :
«Nous sommes partisans d’une modernisation
de la Fonction publique en réponse à
l’évolution marchande, inégalitaire et destructrice
de la société.
Nous voulons une véritable démocratisation
de la décision, du contrôle et de l’évaluation
associant citoyens et agents.
Nous voulons une réforme fiscale assurant
un financement équitable et pérenne des
missions de service public.ers
la défense d’un intérêt général qui ne se
réduit pas à la somme des intérêts particuliers
».
Pour échanger sur ces enjeux essentiels et sur
l’indispensable convergence et développement
de toutes les mobilisations,



introduction généraleI
Yves Salesse, Fondation COPERNIC

Première table ronde
Les missions
Deuxième table ronde
Quelles transformations pour les
Services Publics, les personnels
et les agents ?


Avec notamment
Jacques Marsaud, Administrateur
Territorial
Jean-Marc Canon, UGFF CGT
Patrick Pelloux, Président AMHUF
Participeront également au débat
Gérard Aschieri, Secrétaire général de la
FSU sur les luttes dans l’éducation
Bernard Defaix, Président
de la Convergence nationale des
Services Publics sur la construction d’un
réseau associant usagers, élus et agents
Florian Lecoultre, Président de l’Union
Nationale Lycéenne
Georges Mouradian, sur les luttes au
ministère de la Culture
Jean-Michel Nathanson, Solidaires

participons nombreux

à l’initiative du 7 juin !

 

 


Partager cet article
Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 20:42
Partager cet article
Repost0
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 20:44

Plus de 700 000!
Le gouvernement ne peut plus esquiver

photo P.Nussbaum.jpg
La mobilisation du 22 mai pour la défense du système de retraite solidaire est un incontestable succès. Gouvernement et Patronat voulaient prendre leurs désirs pour la réalité et pariaient sur une journée d’action en « demi-teinte ». Les salariés leur ont clairement répondu avec un nombre de manifestants équivalent à la mobilisation du 3 avril 2003 face aux orientations de François Fillon.  Lire le document Lire la suite
Partager cet article
Repost0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 14:51

LE JEUDI 22 MAI 2008

 

 A UNE JOURNEE DE GREVE AFIN DE PATICIPER MASSIVEMENT A LA MANIFESTATON

DE BASTILLE-REPUBLIQUE-SAINT AUGUSTIN

 

 

DEPART EN CAR A 13H 30

devant la MAIRIE

 

POUR LA DEFENSE DE NOTRE RETRAITE

 lire aussi... clic ici

 


Partager cet article
Repost0